Dans la peau d'un djembé

Posted By: Hervé Depardieu In: Root On: Sunday, April 10, 2016 Comment: 0 Hit: 649

 « Le djembé était autrefois monté avec de la peau d’antilope, aujourd’hui délaissée pour de la peau de chèvre. Tandis que la quantité de caprins augmentait sur le territoire, celle des antilopes diminuait, ces dernières étant victimes de l’adresse des chasseurs ; il fut donc plus facile de se procurer de la peau de chèvre. Aujourd’hui, certains batteurs préfèrent jouer la peau de veau ou de vache qui supporte mieux et plus durablement les tensions extrêmes… »

      « Le djembé était autrefois monté avec de la peau d’antilope, aujourd’hui délaissée pour de la peau de chèvre. Tandis que la quantité de caprins augmentait sur le territoire, celle des antilopes diminuait, ces dernières étant victimes de l’adresse des chasseurs ; il fut donc plus facile de se procurer de la peau de chèvre. Aujourd’hui, certains batteurs préfèrent jouer la peau de veau ou de vache qui supporte mieux et plus durablement les tensions extrêmes… »

 

       Le choix de la peau qui sera tendue sur votre djembé est une étape déterminante. Optez sans hésiter pour une peau d’origine africaine ; les peaux de chèvres européennes ne donnent pas la sonnorité adéquate. Si l’animal était en bonne santé et que le grain est régulier et de qualité, cela aura une incidence positive sur le son de l’instrument. Il faut également s’assurer que les éventuelles cicatrices et autres défauts du même genre ne se retrouveront pas sur le tambour une fois la peau montée. Par ailleurs, il est préférable que la peau soit centrée ; la partie la plus épaisse qui correspond au garrot de l’animal et à sa colonne vertébrale forme une ligne qui doit se retrouver au milieu du tamis. Enfin, l’épaisseur du derme aura son importance et définira le timbre et la puissance sonore. Par ailleurs, il est impossible d’obtenir exactement le même son avec deux peaux similaires montées successivement sur le même instrument.

 

(Source : Mémoires de djembéfola, Essai sur le tambour djembé au Mali, Julien Comtet, L’Harmattan, 2012)

Comments

Leave your comment